Bach à Leipzig

La vie musicale de J.-S. Bach à Leipzig présentée au grand public.

La famille Bach s’installe à Leipzig au début des années 1720. Le grand compositeur partage alors son temps entre de nombreuses activités : enseignement, festivités politiques, culte religieux, activité musicale dans les cafés culturels de la ville. Profane et sacré, musique instrumentale et musique vocale, festivités et rites se mêlent dans l’œuvre du Cantor de Leipzig.
Venez découvrir les secrets de la vie de Jean-Sébastien Bach à Leipzig, à travers des extraits de cantates et de pièces instrumentales commentés, confrontant les répertoires sacré et profane des années 1725-1740.

  • Soprano – Clara Brunet-Vila
  • Basse – Nicolas Josserand
  • Flûtes à bec – Guillaume Bunel et Marie Lerbret
  • Violon – Cécile Désier
  • Violoncelle et viole de gambe – Barbara Hünninger
  • Viole de gambe et violone – Louise Bouedo
  • Orgue et clavecin – Mathilde Blaineau

Programme détaillé :

  • Der Friede sei mit mir, BWV 158, cantate sacrée pour basse solo, composée à Leipzig vers 1730
  • extraits de la cantate profane Schweigt stille, plaudert nicht, dite “Cantate du café”, BWV 211, composée à Leipzig vers 1734
  • Sonate en trio pour flûte, violon et basse continue tirée de L’Offrande musicale, BWV 1079, composée à Leipzig en 1747.
    Largo, allegro, andante, allegro
  • extraits de la cantate sacrée Wachet auf, ruft uns die Stimme, dite “Cantate du veilleur, BWV 140, composée à Leipzig en 1731
  • extraits de la cantate profane O holder Tag, erwünschte Zeit, BWV 210, composée à Leipzig vers 1740.